les-etapes-dune-mission-de-consei

 

Consultant indépendant ou en portage salarial : quelles sont les étapes d’une mission de conseil ?

Les missions de conseil sont souvent très différentes les unes des autres. Le contexte, les problématiques, l’implication du personnel… sont autant de variables qui rendent chaque mission unique. Néanmoins, il est possible de dégager une trame très générale du déroulement d’une mission.

Le diagnostic 

Une mission de conseil commence le plus souvent par un diagnostic au cours duquel le consultant essaie de cerner les problèmes auxquels est confronté son futur client. Ce diagnostic ne peut être que partiel, car à ce stade on ne parle pas encore de mission, mais de prise de Contact.

Souvent, ce diagnostic prend la forme d’un ou plusieurs entretiens, parfois d’une visite.

Quelques documents peuvent également être remis au consultant. Dans d’autres cas, ce sera directement un appel d’offres qui sera envoyé par l’entreprise.

La proposition d’intervention

De retour à son bureau, le consultant va élaborer une proposition d’intervention à partir des éléments récupérés. Ce n’est pas toujours facile, car la phase de diagnostic a souvent été très courte et le consultant manque d’informations. Le risque ou la tentation sont grands de puiser dans son capital « expériences passées » pour compléter les informations manquantes, au risque de se tromper !

La discussion et la finalisation du contenu

La proposition envoyée au futur client est rarement acceptée sans quelques retouches ou compléments. Il s’agit d’ailleurs d’un signal plutôt favorable. L’entreprise accepte le projet proposé, mais souhaite quand même y ajouter certains éléments. C’est une preuve de sa réelle implication.

La planification et le chiffrage

C’est une étape indispensable : le client veut savoir quand les premiers résultats arriveront, quand les travaux seront terminés et combien tout cela lui coûtera !

La rédaction et la signature du contrat

Ces étapes sont à la fois fondamentales et secondaires ! Fondamentales, car il est important de donner un cadre juridique à la relation entre les deux entités que sont le client – ou futur client – et le consultant ou sa société. Secondaires, parce que ce qui importe pour que la mission soit réussie n’est pas contractualisable ! Qualité de la relation, écoute mutuelle, ouverture, créativité, transparence… ne se décrètent pas et se formalisent encore moins !

Le recueil d’informations

Les premiers travaux réalisés par le consultant chez son client consistent le plus souvent en un recueil d’informations auprès des personnes ou secteurs impliqués. Ce recueil peut prendre des formes multiples comme l’entretien, l’observation, la distribution d’un questionnaire…

L’analyse et le traitement des informations

Toutes les informations recueillies doivent être analysées. Le consultant les confrontera aux modèles dont il dispose, comparera ses observations à d’autres observations faites par lui-même dans d’autres contextes.

Les réunions intermédiaires d’avancement

Surtout si sa mission est longue, le consultant réunira périodiquement le demandeur de la mission et les différentes personnes impliquées pour leur faire part de l’avancement de son étude.

Les recommandations et la proposition de plan d’action

Le travail d’un consultant ne s’arrête pas aux seuls constats. Il devra proposer des axes de progrès et fera des recommandations. C’est d’ailleurs à ce niveau que se situe une grande partie de sa valeur ajoutée.

La mise en oeuvre des recommandations

Il pourra aider à la mise en œuvre des recommandations. Mais attention toutefois à la dérive possible : le consultant qui émet des recommandations en pensant en premier lieu aux nouveaux contrats que ces recommandations pourraient générer !

L’évaluation de la mission

La dernière étape de la mission du consultant Consiste à évaluer le travail effectué et les résultats obtenus. Prendre en compte l’avis que porte chacun de ses clients sur son travail est pour le consultant la meilleure façon de progresser.

Pour le client, c’est une marque de respect et une incitation à travailler à nouveau sur d’autres projets avec lui.

On fait le point :

Une mission de conseil doit être organisée, structurée, et doit obéir à une logique précise.

Il peut être tentant, par manque de temps ou par souci d’économie, de faire l’impasse sur une ou plusieurs étapes, mais ce n’est jamais un bon calcul. La satisfaction immédiate sera vite remplacée par une insatisfaction durable de toutes les parties impliquées.

Partager:

Plus d'Actus

Les étapes du flash codev

Certains points de projet se font en 7 min chrono, l’accélération des échanges impose un nouveau rythme de codeveloppement ou codev …

Le recyclage urbain et le portage foncier

Investir dans des fonds dédiés à des opérations de transformation de bureaux en appartements permet de remédier au manque de logements, tout en réduisant de manière drastique l’artificialisation des sols. Une manière également pour les épargnants de donner un peu plus de sens à leurs placements financiers.